Accueil
    L'ordre Naqshbandi
    Enseignements
    A Montreal
    Evenements
    Audio-Video
    Forum
    Quoi de neuf
    Bazaar & Souk
    Plan du Site
    Chercher
  
 »  La Chaine d'or  

Abou Bakr As-Siddiq


Qu’Allah soit satisfait de Lui

"La lune traverse les constellations du zodiaque en une seule nuit,
Pourquoi alors niez-vous le mi’raj (Ascension) ?
Cette unique et merveilleuse Perle (le Prophète) ressemble à cent lunes
- Car en un seul geste il a divisé la lune en deux.
Et la merveille qu'il a montré en divisant la lune
Était conforme au niveau de la faiblesse de la perception des créatures.
Le travail et la responsabilité des prophètes et des messagers
Est au-delà des sphères et des étoiles.
Dépassez les sphères et leur révolution!
Alors vous verrez ce travail et cette responsabilité. "
Rumi, Mathnavi.

 

Le Secret a été transmis et passé du Maître de toutes les Nations, le Messager d'Allah au premier Khalif, l'Imam des Imams, Abou Bakr . Grâce à lui la religion a été soutenue et la Vérité protégée. Allah le mentionne et le loue dans le Saint Coran à travers plusieurs versets.

"Quant à celui qui donne et remplit son devoir, nous facilitons pour lui le chemin de la sérénité." (Al-Lail (5-7))

"Et (loin du feu) sera tenu le plus fidèle qui donne sa richesse, s'épurant ainsi et ne cherchant à gagner aucun plaisir ou récompense autre que la Présence de son Seigneur, le Plus Haut." (Al-Lail (17-21))

Ibn Al-Jawzi soutient que tous les savants Musulmans et les Compagnons étaient certains que ces ayats référaient à Abou Bakr. De tous les gens, il a été appelé "Al-`Atiq" le plus pieux, délivré (sauvé) des punitions du feu.

Lorsque la ayat 56 de Sourah Al-Ahzab a révélé   "qu'Allah et Ses anges bénissent le Saint Prophète," Abou Bakr a demandé si lui aussi était inclus dans cette bénédiction.      La Ayat 43 a alors été révélé énonçant :

"Il est Celui qui envoie Sa bénédiction sur vous et ainsi font Ses anges, afin qu'Il vous sorte de l'obscurité à la lumière. Et Il est miséricordieux envers les croyants." (Al-Ahzab (43))

Ibn Abi Hatim a expliqué qu'ayat 46 de Surah Ar-Rahman a été révélée en référence à Abou Bakr As-Siddiq :

"Et pour celui qui craint d’être debout devant son seigneur, il y a deux jardins." (Ar-Rahman (46))

"Nous avons imposé à l’homme la bonté envers ses parents : dans la douleur sa mère le porta et dans la douleur elle lui donna naissance. Le passage à la période de son sevrage est de trente mois. Plus tard, Lorsqu’il atteint l'âge de pleine force et ses quarante ans, il dit," O mon seigneur! Permettez moi d’être reconnaissant pour la faveur que Vous m'avez faite et à mes parents, de travailler honnêtement de telle sorte que vous l’approuviez; et Soyez gracieux envers moi dans mes difficultés. Véritablement, c’est vers Vous que je me tourne, et véritablement, c’est à vous que je m’incline par soumission. Tels sont ceux dont Nous accepterons le meilleur de leurs actes et annulerons leurs méfaits : (ils seront) parmi les Compagnons du Jardin : une promesse de vérité, qui leur a été faite (dans cette vie)." (Al-Ahqaf (15-16))

Ibn ` Abbas dit que ces ayats sont venues comme une description d'Abou Bakr As-Siddiq, Allah l’honorant et élevant son rang parmi tous les Compagnons du Prophète . Ibn ` Abbas note plus loin qu'ayat 158 de Surah Al-Imran a été révélé en référence à Abou Bakr et Oumar :

"Et demandez leur conseil sur les questions importantes." (Al-Imran (158))

Finalement, le grand honneur accordé à Abou Bakr alors qu’il accompagnaient le Saint Prophète pendant la migratgion de Makkah à Madinah, est mentionné dans l'ayat :

"Quand les infidèles l'ont chassé, il n’avait alors qu'un compagnon. Les deux étaient dans la Caverne et il dit à son compagnon, ne craint rien, car Allah est avec nous." (À - Tawbah (40))

En plus de l'éloge fait par Allah, Abou Bakr As-Siddiq reçu aussi l’éloge du Saint Prophète et de ses compagnons, tel qu’il est rapporté dans plusieurs Hadiths bien connus.

Le Saint Prophète a dit :

“Allah montrera Sa gloire aux gens de façon générale, mais Il la montrera à Abou Bakr d'une façon spéciale."

"Jamais le soleil ne s’est levé ou couché sur une personne, autre que les prophètes, plus grande qu'Abou Bakr."

"Rien ne m’a été révélé sans que je ne l'ai versé dans le coeur d'Abou Bakr."

"Il n'y a personne à qui je suis obligé et n'ai pas remboursé ma dette sauf Abou Bakr, car je lui dois beaucoup, et Allah l'indemnisera le Jour du Jugement dernier."

"Si je devais prendre un ami intime (khalil) d'autre que mon Seigneur, j'aurais choisi Abou Bakr."

"Abou Bakr ne vous devance pas par un excès de prières ou de jeûne, mais à cause d'un secret qui se trouve dans son coeur."

Boukhari relate d'Ibn ` Oumar que, "Dans le temps du Prophète nous ne reconnaissions personne plus haut qu'Abou Bakr As-Siddiq, ensuite `Oumar, ensuite `Ousmane."

Boukhari rapporte aussi de Mouhammad ibn Al-Hanafiya (le fils d'Ali) : "j'ai demandé à mon père, ' qui sont les meilleurs gens après l’Envoyé d'Allah ? ' Il dit, ' Abou Bakr. ' J'ai alors demandé, ' qui ensuite ? ' Il dit, alors `Oumar. Ayant peur qu’il dise ensuite `Ousmane, j'ai donc demandé : ' et vous ? ' Il répondit, ' je suis seulement une personne ordinaire. '"

Tabarani cité par Mu`adh rapporte que le Prophète a dit, "j'ai eu une vision ou j'ai été posé sur un côté de la balance et ma Nation a été posée sur l'autre côté et j'étais plus lourd. Ensuite Abou Bakr fut posé sur un côté et Ma Nation sur l’autre et Abou Bakr était plus lourd. Ensuite ‘Oumar fut posé sur un côté et Ma Nation sur l'autre et ` Oumar était plus lourd. Alors ` Ousmane fut posé sur un côté et Ma Nation sur l'autre et ` Ousmane était plus lourd. Après quoi la balance fut levée."

Hakim raconte qu’on a demandé à ‘Ali, "Ô Commandeur des croyants, parlez-nous d'Abou Bakr." Il dit, "Il est une personne qu' Allah a appelé As-Siddiq à travers la langue du Prophète et il est le khalif (le successeur) du Prophète . Nous l'acceptons pour notre religion et pour notre vie terrestre."

Il y a beaucoup d'autres hadiths indiquant le grand niveau d’accomplissement d'Abou Bakr As-Siddiq comparativement à celui des autres sahabas.

Abou Bakr était le meilleur ami et le compagnon le plus aimé du Saint Prophète . Durant toute sa vie, il a été béni d’être le premier et de devancer tout le monde dans sa croyance, son appui et son amour du Saint Prophète. Pour cette qualité il a été honoré du titre  As-Siddiq, ou le véridique (celui qui croit sincèrement).

Il était le premier homme adulte et libre à accepter l'Islam aux mains du Prophète . Il ne s’était jamais joint à l'adoration des idoles pratiquée par ses contemporains. Il est venu à l'Islam sans aucun soupçon de doute ou d'hésitation. Plusieurs années plus tard le Saint Prophète s'est rappelé : "chaque fois que j'ai offert l'Islam à quelqu'un, cette personne montrait toujours un peu de réticence et d’hésitation et essayait d’argumenter. Abou Bakr a été la seule personne qui ait accepté l'Islam sans aucun doute ou hésitation et sans aucun argument."

Il a été le premier dans son appui spirituel et est resté ferme dans cet appui durant les années difficiles à Makkah. Il était le premier à se prononcer quand les événements ont dépassé la compréhension des Musulmans eux-mêmes, comme dans le cas de l’Ascension. Et plus tard à Madinah, quand le traité de Hudaybiya fut signé, seul Abou Bakr était resté totalement fidèle. Il conseilla ses compagnons : "ne soyez pas critique, mais tenez fortement à l'allégeance faite au Saint Prophète."

Il était premier dans son appui matériel. Alors que d'autres Musulmans ont donné de grandes sommes dans l'appui de leur foi, Abu Bakr a été le premier à donner tout ce qu'il possédait. Qaund on lui demanda ce qu’il avait laissé pour ses enfants il répondit : "Allah et Son Prophète ." En entendant cela, Oumar dit : "personne ne peut surpasser Abu Bakr dans son service pour la cause de l'Islam."

Il était premier dans la bonté et la compassion envers ses compagnons. Alors qu’il était riche marchand, il faisait toujours attention au pauvre et au faible. Il a libéré sept esclaves avant son départ de Makkah, parmi eux Bilal . Il a non seulement dépensé de grandes sommes pour acheter leur liberté, mais il les a aussi hébergés dans sa propre maison et les a instruits.

Quand il a assumé le rôle de khalif il a dit : "aidez-moi, si je suis dans le droit chemin; mettez-moi dans le droit chemin, si j’ai tort. Le faible parmi vous sera fort avec moi jusqu'à ce que, avec l’aide de Dieu, ses droits aient été réclamés. Le fort parmi vous sera faible avec moi jusqu'à ce que j'ai pris ce qui est dû de lui si Dieu veut. Obéissez-moi tant que j'obéis à Allah et Son Prophète; et si je leur désobéis, ne m’obéissez pas."

Au début de l’Islam, on considérait l'interprétation des rêves comme un exercice spirituel. Seuls ceux ayant des coeurs purs et la vision spirituelle pouvaient avoir des rêves significatifs; et seuls ceux avec des coeurs purs et la vision spirituelle pouvaient les interpréter. Abou Bakr était un interprète reconnu de rêves. Le Prophète lui-même ne consultait que lui pour obtenir plus de clarté dans l’interprétation de ses rêves prophétiques.

Avant la bataille d'Uhud, le Saint Prophète a vu dans un rêve qu'il faisait paître des animaux et certains d'entre eux étaient abattus. L'épée qu'il tenait était brisée. Abou Bakr a interprété les animaux abattus comme prophétisant la mort de plusieurs Musulmans et l'épée cassée pour signifier la mort d'un des parents du Prophète. Malheureusement ces deux prédictions furent réalisées à la bataille d'Uhud.

Abou Bakr était aussi un poète avant qu'il ne soit devenu Musulman. Il était reconnu pour sa récitation exceptionnelle et son excellente mémoire des longs poèmes desquelles les Arabes étaient très fiers. Ces qualités l'ont bien servi dans l'Islam. Sa récitation du Coran était si poétique et tellement chargée d'émotion que beaucoup de personnes sont venues à l'Islam simplement après l’avoir entendu prier. Les Quraishis ont même essayé de lui interdire de prier dans la cour de sa maison pour empêcher les gens de l'entendre.

C'est grâce à sa mémoire que nombre des plus importants Hadiths nous sont parvenus aujourd'hui. Parmi eux on trouve ceux indiquant la forme appropriée de la prière et ceux spécifiant les dimensions appropriées de la Zakat. Cependant, parmi les milliers de Hadith vérifiés et enregistrés, seulement 142 proviennent d’Abou Bakr. Sa fille, ` Ayesha ,  a rapporté que son père tenait un livre de plus de 500 Hadith, mais qu'un jour il le détruit. Le savoir qu'Abou Bakr a voulu tenir secret est lié au savoir céleste, `ilmu-l-ladunni, la source de toute connaissance sainte; un savoir qui peut seulement être transmis de coeur à coeur.

Bien qu'étant un homme calme et doux, il était premier sur le champ de bataille. Il a soutenu le Saint Prophète dans toutes ses campagnes tant avec son épée qu'avec son conseil. Quand d'autres ont échoué ou ont couru, il est resté au côté de son Prophète bien-aimé. Il est rapporté qu'une fois `Ali a demandé à ses compagnons qui ils considéraient comme étant le plus brave. Ils ont répondu que c’était lui. Mais il répliqua : "non. Abou Bakr est le plus brave. Le jour de la bataille de Badr quand il n'y avait personne pour être de garde là où le Saint Prophète priait, Abou Bakr était resté debout avec son épée et n'a pas permis à l'ennemi d'approcher."

Il était bien évidemment le premier à succéder au Saint Prophète comme Khalif et le commandeur des Fidèles. Il a institué la trésorerie publique (Baytu-l-mal) pour s'occuper des pauvres et indigents. Il était le premier à compiler le Coran en entier et à l'appeler "Mushaf".

En ce qui concerne la transmission spirituelle, il était la première personne à enseigner la façon dont est récitée la Kalima sacrée (LA ILAHA ILLALLAH) pour épurer le coeur par le Dhikr, et cela est toujours pratiquée aujourd’hui par l'Ordre Naqshbandi.

Bien qu'Allah ait honoré Abou Bakr en lui permettant d’être premier dans différents domaines, Il lui a accordé encore plus d'honneur quand Il l'a choisi pour être deuxième. Abou Bakr était le seul compagnon du Saint Prophète lors de son échappée de la persécution de Makkah pour s'abriter à Madinah. Probablement son titre le plus chère était "le deuxième des deux quand ils étaient dans la caverne," déjà pré-cités (9:40). Oumar a dit : "j’aurai aimé que tous mes actes fussent égaux à son action dans ce jour."

Ibn ` Abbas a dit qu'un jour le Prophète était malade. Il est allé à la mosquée, a enveloppé sa tête avec un tissu, s’est assis sur le minbar et a dit, "si je devais prendre quelqu'un comme mon ami intime (khalil), je prendrais Abou Bakr, mais mon meilleur ami est l'amitié de l'Islam." Il a alors ordonné que toutes les portes des maisons voisines qui s’ouvraient sur la mosquée du Prophète soient fermées exceptée celle d'Abou Bakr. Et cette porte est toujours ouverte jusqu'à ce jour.

Les quatre Imams et les Shaikhs Naqshbandis ont compris à travers ce Hadith que quelqu'un qui s'approche d'Allah par les enseignements et l'exemple d'Abou Bakr se trouvera à passer par la seule porte laissée ouverte à la Présence du Prophète .

De ses paroles

"Aucun discours n'est bon s'il n'est pas dirigé vers le plaisir d'Allah. Il n'y a aucun bienfait dans l'argent s'il n'est pas dépensé dans la cause d'Allah. Il n’y rien de bon dans une personne si son ignorance dépasse sa patience. Et si une personne devient attirée par les charmes de ce monde inférieur, Allah ne l'aimera pas tant qu'il tient cela dans son coeur."

"Nous avons trouvé la générosité dans la Taqwa (la Conscience de Dieu), la richesse dans le Yaqin (la certitude) et l'honneur dans le fait d'être humble."

"Prenez garde de la fierté parce que vous retournerez à la terre et votre corps sera mangé par les vers."

Quand les gens le louaient, il priait Allah disant :

"Ô Allah, Vous me connaissez mieux que je ne me connais et je me connais mieux que ces gens qui me louent. Rendez-moi meilleur que ce qu'ils pensent de moi et pardonnent ces péchés des miens dont ils n'ont aucune connaissance et ne me tenez pas responsable de ce qu'ils disent."

"Si vous vous attendez aux bénédictions de Dieu soyez bons envers Ses gens."

Un jour il appela `Oumar et le conseilla jusqu’à ce que `Oumar pleura. Abou Bakr lui dit :

"Si tu gardes mon conseil, tu seras sauvé; et mon conseil est : Attends-toi toujours à la mort et vies en conséquence."

"Gloire à Dieu qui n'a pas donné à ses créatures d’autres façons de parvenir à la connaissance de Lui sauf au moyen de leur impuissance et leur désespoir pour atteindre un tel objectif."

Abou Bakr est retourné à Allah un lundi (comme le Prophète lui-même) entre Maghrib et ` Isha le 22 de Joumada'l-akhira, 13 A.H.      Qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix. Le Saint Prophète lui a dit une fois : "Abou Bakr, tu seras le premier de mes gens à entrer au paradis."

Le secret du Prophète est passé d'Abou Bakr à son successeur, Salman al Farsi .


Abou Bakr As-Siddiq
Qu’Allah soit satisfait de Lui

"La lune traverse les constellations du zodiaque en une seule nuit,
Pourquoi alors niez-vous le mi’raj (Ascension) ?
Cette unique et merveilleuse Perle (le Prophète) ressemble à cent lunes
- Car en un seul geste il a divisé la lune en deux.
Et la merveille qu'il a montré en divisant la lune
Était conforme au niveau de la faiblesse de la perception des créatures.
Le travail et la responsabilité des prophètes et des messagers
Est au-delà des sphères et des étoiles.
Dépassez les sphères et leur révolution!
Alors vous verrez ce travail et cette responsabilité. "
Rumi, Mathnavi.

 

Le Secret a été transmis et passé du Maître de toutes les Nations, le Messager d'Allah au premier Khalif, l'Imam des Imams, Abou Bakr . Grâce à lui la religion a été soutenue et la Vérité protégée. Allah le mentionne et le loue dans le Saint Coran à travers plusieurs versets.

"Quant à celui qui donne et remplit son devoir, nous facilitons pour lui le chemin de la sérénité." (Al-Lail (5-7))

"Et (loin du feu) sera tenu le plus fidèle qui donne sa richesse, s'épurant ainsi et ne cherchant à gagner aucun plaisir ou récompense autre que la Présence de son Seigneur, le Plus Haut." (Al-Lail (17-21))

Ibn Al-Jawzi soutient que tous les savants Musulmans et les Compagnons étaient certains que ces ayats référaient à Abou Bakr. De tous les gens, il a été appelé "Al-`Atiq" le plus pieux, délivré (sauvé) des punitions du feu.

Lorsque la ayat 56 de Surah Al-Ahzab a révélé   "qu'Allah et Ses anges bénissent le Saint Prophète," Abou Bakr a demandé si lui aussi était inclus dans cette bénédiction.      La Ayat 43 a alors été révélé énonçant :

"Il est Celui qui envoie Sa bénédiction sur vous et ainsi font Ses anges, afin qu'Il vous sorte de l'obscurité à la lumière. Et Il est miséricordieux envers les croyants." (Al-Ahzab (43))

Ibn Abi Hatim a expliqué qu'ayat 46 de Surah Ar-Rahman a été révélée en référence à Abou Bakr As-Siddiq :

"Et pour celui qui craint d’être debout devant son seigneur, il y a deux jardins." (Ar-Rahman (46))

"Nous avons imposé à l’homme la bonté envers ses parents : dans la douleur sa mère le porta et dans la douleur elle lui donna naissance. Le passage à la période de son sevrage est de trente mois. Plus tard, Lorsqu’il atteint l'âge de pleine force et ses quarante ans, il dit," O mon seigneur! Permettez moi d’être reconnaissant pour la faveur que Vous m'avez faite et à mes parents, de travailler honnêtement de telle sorte que vous l’approuviez; et Soyez gracieux envers moi dans mes difficultés. Véritablement, c’est vers Vous que je me tourne, et véritablement, c’est à vous que je m’incline par soumission. Tels sont ceux dont Nous accepterons le meilleur de leurs actes et annulerons leurs méfaits : (ils seront) parmi les Compagnons du Jardin : une promesse de vérité, qui leur a été faite (dans cette vie)." (Al-Ahqaf (15-16))

Ibn ` Abbas dit que ces ayats sont venues comme une description d'Abou Bakr As-Siddiq, Allah l’honorant et élevant son rang parmi tous les Compagnons du Prophète . Ibn ` Abbas note plus loin qu'ayat 158 de Surah Al-Imran a été révélé en référence à Abou Bakr et Oumar :

"Et demandez leur conseil sur les questions importantes." (Al-Imran (158))

Finalement, le grand honneur accordé à Abou Bakr alors qu’il accompagnaient le Saint Prophète pendant la migratgion de Makkah à Madinah, est mentionné dans l'ayat :

"Quand les infidèles l'ont chassé, il n’avait alors qu'un compagnon. Les deux étaient dans la Caverne et il dit à son compagnon, ne craint rien, car Allah est avec nous." (À - Tawbah (40))

En plus de l'éloge fait par Allah, Abou Bakr As-Siddiq reçu aussi l’éloge du Saint Prophète et de ses compagnons, tel qu’il est rapporté dans plusieurs  Hadiths bien connus.

Le Saint Prophète a dit :

“Allah montrera Sa gloire aux gens de façon générale, mais Il la montrera à Abou Bakr d'une façon spéciale."

"Jamais le soleil ne s’est levé ou couché sur une personne, autre que les prophètes, plus grande qu'Abou Bakr."

"Rien ne m’a été révélé sans que je ne l'ai versé dans le coeur d'Abou Bakr."

"Il n'y a personne à qui je suis obligé et n'ai pas remboursé ma dette sauf Abou Bakr, car je lui dois beaucoup, et Allah l'indemnisera le Jour du Jugement dernier."

"Si je devais prendre un ami intime (khalil) d'autre que mon Seigneur, j'aurais choisi Abou Bakr."

"Abou Bakr ne vous devance pas par un excès de prières ou de jeûne, mais à cause d'un secret qui se trouve dans son coeur."

Boukhari relate d'Ibn ` Oumar que, "Dans le temps du Prophète nous ne reconnaissions personne plus haut qu'Abou Bakr As-Siddiq, ensuite `Oumar, ensuite `Ousmane."

Boukhari rapporte aussi de Mouhammad ibn Al-Hanafiya (le fils d'Ali) : "j'ai demandé à mon père, ' qui sont les meilleurs gens après l’Envoyé d'Allah ? ' Il dit, ' Abou Bakr. ' J'ai alors demandé, ' qui ensuite ? ' Il dit, alors `Oumar. Ayant peur qu’il dise ensuite `Ousmane, j'ai donc demandé : ' et vous ? ' Il répondit, ' je suis seulement une personne ordinaire. '"

Tabarani cité par Mu`adh rapporte que le Prophète a dit, "j'ai eu une vision ou j'ai été posé sur un côté de la balance et ma Nation a été posée sur l'autre côté et j'étais plus lourd. Ensuite Abou Bakr fut posé sur un côté et Ma Nation sur l’autre et Abou Bakr était plus lourd. Ensuite ‘Oumar fut posé sur un côté et Ma Nation sur l'autre et ` Oumar était plus lourd. Alors ` Ousmane fut posé sur un côté et Ma Nation sur l'autre et ` Ousmane était plus lourd. Après quoi la balance fut levée."

Hakim raconte qu’on a demandé à ‘Ali, "Ô Commandeur des croyants, parlez-nous d'Abou Bakr." Il dit, "Il est une personne qu' Allah a appelé As-Siddiq à travers la langue du Prophète et il est le khalif (le successeur) du Prophète . Nous l'acceptons pour notre religion et pour notre vie terrestre."

Il y a beaucoup d'autres hadiths indiquant le grand niveau d’accomplissement d'Abou Bakr As-Siddiq comparativement à celui des autres sahabas.

Abou Bakr était le meilleur ami et le compagnon le plus aimé du Saint Prophète . Durant toute sa vie, il a été béni d’être le premier et de devancer tout le monde dans sa croyance, son appui et son amour du Saint Prophète. Pour cette qualité il a été honoré du titre  As-Siddiq, ou le véridique (celui qui croit sincèrement).

Il était le premier homme adulte et libre à accepter l'Islam aux mains du Prophète . Il ne s’était jamais joint à l'adoration des idoles pratiquée par ses contemporains. Il est venu à l'Islam sans aucun soupçon de doute ou d'hésitation. Plusieurs années plus tard le Saint Prophète s'est rappelé : "chaque fois que j'ai offert l'Islam à quelqu'un, cette personne montrait toujours un peu de réticence et d’hésitation et essayait d’argumenter. Abou Bakr a été la seule personne qui ait accepté l'Islam sans aucun doute ou hésitation et sans aucun argument."

Il a été le premier dans son appui spirituel et est resté ferme dans cet appui durant les années difficiles à Makkah. Il était le premier à se prononcer quand les événements ont dépassé la compréhension des Musulmans eux-mêmes, comme dans le cas de l’Ascension. Et plus tard à Madinah, quand le traité de Hudaybiya fut signé, seul Abou Bakr était resté totalement fidèle. Il conseilla ses compagnons : "ne soyez pas critique, mais tenez fortement à l'allégeance faite au Saint Prophète."

Il était premier dans son appui matériel. Alors que d'autres Musulmans ont donné de grandes sommes dans l'appui de leur foi, Abu Bakr a été le premier à donner tout ce qu'il possédait. Qaund on lui demanda ce qu’il avait laissé pour ses enfants il répondit : "Allah et Son Prophète ." En entendant cela, Oumar dit : "personne ne peut surpasser Abu Bakr dans son service pour la cause de l'Islam."

Il était premier dans la bonté et la compassion envers ses compagnons. Alors qu’il était riche marchand, il faisait toujours attention au pauvre et au faible. Il a libéré sept esclaves avant son départ de Makkah, parmi eux Bilal . Il a non seulement dépensé de grandes sommes pour acheter leur liberté, mais il les a aussi hébergés dans sa propre maison et les a instruits.

Quand il a assumé le rôle de khalif il a dit : "aidez-moi, si je suis dans le droit chemin; mettez-moi dans le droit chemin, si j’ai tort. Le faible parmi vous sera fort avec moi jusqu'à ce que, avec l’aide de Dieu, ses droits aient été réclamés. Le fort parmi vous sera faible avec moi jusqu'à ce que j'ai pris ce qui est dû de lui si Dieu veut. Obéissez-moi tant que j'obéis à Allah et Son Prophète; et si je leur désobéis, ne m’obéissez pas."

Au début de l’Islam, on considérait l'interprétation des rêves comme un exercice spirituel. Seuls ceux ayant des coeurs purs et la vision spirituelle pouvaient avoir des rêves significatifs; et seuls ceux avec des coeurs purs et la vision spirituelle pouvaient les interpréter. Abou Bakr était un interprète reconnu de rêves. Le Prophète lui-même ne consultait que lui pour obtenir plus de clarté dans l’interprétation de ses rêves prophétiques.

Avant la bataille d'Uhud, le Saint Prophète a vu dans un rêve qu'il faisait paître des animaux et certains d'entre eux étaient abattus. L'épée qu'il tenait était brisée. Abou Bakr a interprété les animaux abattus comme prophétisant la mort de plusieurs Musulmans et l'épée cassée pour signifier la mort d'un des parents du Prophète. Malheureusement ces deux prédictions furent réalisées à la bataille d'Uhud.

Abou Bakr était aussi un poète avant qu'il ne soit devenu Musulman. Il était reconnu pour sa récitation exceptionnelle et son excellente mémoire des longs poèmes desquelles les Arabes étaient très fiers. Ces qualités l'ont bien servi dans l'Islam. Sa récitation du Coran était si poétique et tellement chargée d'émotion que beaucoup de personnes sont venues à l'Islam simplement après l’avoir entendu prier. Les Quraishis ont même essayé de lui interdire de prier dans la cour de sa maison pour empêcher les gens de l'entendre.

C'est grâce à sa mémoire que nombre des plus importants Hadiths nous sont parvenus aujourd'hui. Parmi eux on trouve ceux indiquant la forme appropriée de la prière et ceux spécifiant les dimensions appropriées de la Zakat. Cependant, parmi les milliers de Hadith vérifiés et enregistrés, seulement 142 proviennent d’Abou Bakr. Sa fille, ` Ayesha ,  a rapporté que son père tenait un livre de plus de 500 Hadith, mais qu'un jour il le détruit. Le savoir qu'Abou Bakr a voulu tenir secret est lié au savoir céleste, `ilmu-l-ladunni, la source de toute connaissance sainte; un savoir qui peut seulement être transmis de coeur à coeur.

Bien qu'étant un homme calme et doux, il était premier sur le champ de bataille. Il a soutenu le Saint Prophète dans toutes ses campagnes tant avec son épée qu'avec son conseil. Quand d'autres ont échoué ou ont couru, il est resté au côté de son Prophète bien-aimé. Il est rapporté qu'une fois `Ali a demandé à ses compagnons qui ils considéraient comme étant le plus brave. Ils ont répondu que c’était lui. Mais il répliqua : "non. Abou Bakr est le plus brave. Le jour de la bataille de Badr quand il n'y avait personne pour être de garde là où le Saint Prophète priait, Abou Bakr était resté debout avec son épée et n'a pas permis à l'ennemi d'approcher."

Il était bien évidemment le premier à succéder au Saint Prophète comme Khalif et le commandeur des Fidèles. Il a institué la trésorerie publique (Baytu-l-mal) pour s'occuper des pauvres et indigents. Il était le premier à compiler le Coran en entier et à l'appeler "Mushaf".

En ce qui concerne la transmission spirituelle, il était la première personne à enseigner la façon dont est récitée la Kalima sacrée (LA ILAHA ILLALLAH) pour épurer le coeur par le Dhikr, et cela est toujours pratiquée aujourd’hui par l'Ordre Naqshbandi.

Bien qu'Allah ait honoré Abou Bakr en lui permettant d’être premier dans différents domaines, Il lui a accordé encore plus d'honneur quand Il l'a choisi pour être deuxième. Abou Bakr était le seul compagnon du Saint Prophète lors de son échappée de la persécution de Makkah pour s'abriter à Madinah. Probablement son titre le plus chère était "le deuxième des deux quand ils étaient dans la caverne," déjà pré-cités (9:40). Oumar a dit : "j’aurai aimé que tous mes actes fussent égaux à son action dans ce jour."

Ibn ` Abbas a dit qu'un jour le Prophète était malade. Il est allé à la mosquée, a enveloppé sa tête avec un tissu, s’est assis sur le minbar et a dit, "si je devais prendre quelqu'un comme mon ami intime (khalil), je prendrais Abou Bakr, mais mon meilleur ami est l'amitié de l'Islam." Il a alors ordonné que toutes les portes des maisons voisines qui s’ouvraient sur la mosquée du Prophète soient fermées exceptée celle d'Abou Bakr. Et cette porte est toujours ouverte jusqu'à ce jour.

Les quatre Imams et les Shaikhs Naqshbandis ont compris à travers ce Hadith que quelqu'un qui s'approche d'Allah par les enseignements et l'exemple d'Abou Bakr se trouvera à passer par la seule porte laissée ouverte à la Présence du Prophète .

De ses paroles

"Aucun discours n'est bon s'il n'est pas dirigé vers le plaisir d'Allah. Il n'y a aucun bienfait dans l'argent s'il n'est pas dépensé dans la cause d'Allah. Il n’y rien de bon dans une personne si son ignorance dépasse sa patience. Et si une personne devient attirée par les charmes de ce monde inférieur, Allah ne l'aimera pas tant qu'il tient cela dans son coeur."

"Nous avons trouvé la générosité dans la Taqwa (la Conscience de Dieu), la richesse dans le Yaqin (la certitude) et l'honneur dans le fait d'être humble."

"Prenez garde de la fierté parce que vous retournerez à la terre et votre corps sera mangé par les vers."

Quand les gens le louaient, il priait Allah disant :

"Ô Allah, Vous me connaissez mieux que je ne me connais et je me connais mieux que ces gens qui me louent. Rendez-moi meilleur que ce qu'ils pensent de moi et pardonnent ces péchés des miens dont ils n'ont aucune connaissance et ne me tenez pas responsable de ce qu'ils disent."

"Si vous vous attendez aux bénédictions de Dieu soyez bons envers Ses gens."

Un jour il appela `Oumar et le conseilla jusqu’à ce que `Oumar pleura. Abou Bakr lui dit :

"Si tu gardes mon conseil, tu seras sauvé; et mon conseil est : Attends-toi toujours à la mort et vies en conséquence."

"Gloire à Dieu qui n'a pas donné à ses créatures d’autres façons de parvenir à la connaissance de Lui sauf au moyen de leur impuissance et leur désespoir pour atteindre un tel objectif."

Abou Bakr est retourné à Allah un lundi (comme le Prophète lui-même) entre Maghrib et ` Isha le 22 de Joumada'l-akhira, 13 A.H.      Qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix. Le Saint Prophète lui a dit une fois : "Abou Bakr, tu seras le premier de mes gens à entrer au paradis."

Le secret du Prophète est passé d'Abou Bakr à son successeur, Salman al Farsi .


Sommaire des 40 Grands Cheikhs

Copyright © 1995 Cheikh Mouhammad Hisham Kabbani. Tout droit réservé.
Source: "The Naqshbandi Sufi Way"; Publié et Distribué par KAZI Publications, Inc.





Centre Soufi Naqshbandi/majid Al-iman 138 Rue Fairmount O Montréal, QC H2T 2M5 - Tel.: (514) 270-9437